Jublains, la ville romaine

Jublains est une ville romaine dans toute sa splendeur située près de Mayenne pas très loin de Laval: c’était le carrefour routier entre la Manche et la vallée de la Loire. Le peuple gaulois à l’origine de la ville sont les Diablintes. Vers 65 après J.-C. une vaste opération d’urbanisation dote la ville de ses plus beaux monuments.  Il faut compter une bonne après-midi pour la visite complète des vestiges de cette ville, musée compris.

Jublains

Musée: 

Le musée (route de Montsûrs) met en valeur les objets retrouvés sur les fouilles réalisées sur la ligne à grande vitesse en Sarthe et en Mayenne, de la préhistoire à l’époque moderne. Des photographies aériennes montrent l’ampleur du projet. A lui seul, le musée peut vous accaparer facilement 3 heures de votre visite, par ses seules richesses. L’entrée n’est pas trop onéreuse, gratuite pour les moins de 18 ans et jusqu’à 4 euros pour les adultes.

Forteresse de Jublains:

Entrepôt à l’origine (construction grise au centre) vers 200 de notre ère, au fil du temps, il est devenu poste militaire consécutivement à la construction de l’enceinte extérieure vers 295 de notre ère (construction couleur ocre).

Forteresse plan

forteresse2

forteresse4

Les grands bains de la forteresse:

Ce petit bâtiment était destiné au personnel dirigeant la forteresse. Un autre bâtiment, les petits bains était réservé pour le restant de la garnison.

Plan des bains de la forteresse

On y pénétrait par un vestiaire (1) et l’on se rendait dans l’espace chauffé, comprenant une salle de massages (3), un sauna (4) et un bain chaud (5). Puis on allait d’eau dans la salle froide (2) avant de retourner au vestiaire.

forteresse 5

forteresse 6

Les grands bains comprennent une partie froide au fond et à gauche sur la photographie ci-dessus et une partie chauffée en premier plan. Le sol de circulation antique, aujourd’hui effondré, se trouvait à un mètre plus haut que le sol actuel, au même niveau que le pavage de la partie froide. Sous le sol, un espace appelé « hypocauste » servait à faire circuler l’air chaud.

Thermes

Elles sont situées sous l’église actuelle construite au 5ème siècle et sont en visite libre.

Les thermes traduisent bien les influences méditerranéennes sur le mode de vie en Gaule. Autour du bâtiment de bains, des boutiques et des portiques en font un équipement essentiel de la ville antique.

Plan des thermes

La salle des bains froids (1) dallé de schiste est en remarquable conservation comme en témoigne la photographie ci dessous..

Thermes

La salle tiède de transition (2) permettait de se préparer au bain tandis qu’à l’extrémité (3) se trouvait la salle de sudation. Les bains chauds (5) sont matérialisés par un marquage au sol à l’extérieur de l’église tout comme les salles annexes (6) et les portiques et boutiques (7).

Théatre de Jublains

Le théâtre est implanté à la sortie de la ville, sur le versant du plateau dominant le bassin d’Evron. Deux théâtres se sont succédés à Jublains: le premier, presque rond, accueillait des spectacles nécessitant peu d’espace tandis que le second (construit sans doute à la fin du 2ème siècle), plus grand, dispose d’une arène centrale qui permettait peut-être d’accueillir des divertissements habituellement réservés aux amphithéâtres (gladiateurs, combats avec des animaux).

théâtre 1

Quelques fragments d’une inscription retrouvée ici nous apprennent que le monument à été offert par un certain Orgetorix (ce qui signifie en gaulois, grand carnage), riche notable Diablinte qui gouvernait la cité.

Temple

Situé vers la route de Mayenne à à peine 600 mètres.

le temple

Le temple: maquette

Un sanctuaire en bois existait dès le 4eme siècle avant notre ère et constituait le coeur d’une occupation gauloise. A l’époque romaine, un temple de pierre fut construit à son emplacement. Les vestiges visibles sont ceux d’un temple gallo-romain.

Plan du temple

Une enceinte de 75 mètres de côté, le péribole (1), délimite l’espace sacré et retient un remblai qui forme un terrain plat. L’entrée principale (2) se trouve au milieu du côté est, tournée vers le soleil levant. Aujourd’hui, nous y rentrons par une entrée secondaire (3) située à l’ouest. A l’intérieur de la cour se dresse un temple (4) de pure tradition romaine. Surélevé sur un podium, il était entouré des colonnes et abritait en son centre une chapelle appelée cela (7), réservée à la statue de la divinité. il s’agissait peut-être d’une déesse mère, dont on a retrouvé des fragments de la statue de culte.

Allée 2 (vision)

 

Accès ouest du temple, reconstitution en sur-impression.

temple 6

 

Animations gauloises:

Jusqu’à la mi-août, vous aurez droit à une animation de guerriers gaulois certes minimaliste mais qui explique très précisément comment pouvaient être les techniques de combats des gaulois.

Reconstitution 3

Arnachement des chevaux (petits 1,20 à 1,40 au garrot) avec un système de lanière. Les mors existaient à l’époque. Cette cavalerie légère était polyvalente: transport de marchandise, labours, guerre d’escarmouche.

Reconstitution 1Combat à la lance.

Javeline

Combat de javelines.

En conclusion, un mois d’août maussade est propice à ce genre de visites enrichissantes pour la culture générale. C’est surtout un voyage dans le temps pour pas cher…

 

Ce contenu a été publié dans curiosité, photographie, vacances, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.