Qu'est-ce a quo? suite…

A la réponse tardive à un « qu’est-ce à quo » de David, :-), je laisse donc l’image qui suit à votre perspicacité.

Qu'est-ce a quo: image mystère

image mystère

Cette image est grossie 400 fois avec le microscope USB que je vous présentais ici. Quelqu’un ou quelqu’une aurait-il une idée? N’hésitez pas à donner vos impressions, votre avis et vos idées en laissant un commentaire par le biais du lien en bas de l’article.

Alors? Qu’est-ce a quo ?

Publié dans Astuces, curiosité | Marqué avec , , | 20 commentaires

La radioactivité en bretagne en cette fin septembre…

Le bruit de fond augmente, nous dépassons le milliSevert/an…

Bruit de fond de la radioactivité en ce vendredi 30 septembre 2011

On reste très loin des valeurs dangereuses pour l’être humain. Cependant, le bruit de fond radioactif augmente en valeur mais ne diminuera jamais, du moins à l’échelle de plusieurs générations. Si il y a un politique qui promet l’arrêt du nucléaire en France, je vote pour lui, quelque soit son bord; il en va de notre survie.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Serveur Minecraft sur un NAS synology…

Sous la pression de mes deux loustics, j’ai acheté le jeux minecraft et ai installé la version serveur dudit jeu sur mon NAS synology 1511+. Le tutorial original de Thibaud BARDIN ayant disparu des arcanes d’internet, je vous livre la marche à suivre, adaptée pour le NAS synology 1511+ et mac OsX, au cas ou cela vous tenterait.

1- Le wiki de minecraft, une mine d’information sur minecraft à cette adresse.

2- Activer le ssh sur le NAS. Connectez-vous en tant qu’administrateur sur le synology. Aller dans Panneau de configuration > Terminal

Activer SSH dans le terminal du Synology

3- Créer un dossier partagé appelé minecraft. Allez dans Panneau de configuration > Dossier partagé et créez un dossier minecraft. Attribuez à ce dossier et son contenu, toutes les autorisations (777) pour tous les utilisateurs.

Créer un dossier minecraft partagé

4- Installer Java. Allez à cette page pour connaître le type de processeur qui anime votre Synology et ainsi installer la bonne version Java. Pour le synology 1511+, la version Java est celle-ci. Extraire la/les archives de java que l’on vient de télécharger. Vous n’avez qu’une archive de java : Extrayez l’archive et renommez le dossier en « ejre1.6.0_21  » si tel n’est pas le cas. Déplacez le dossier « ejre1.6.0_21  » sur le serveur dans le dossier minecraft préalablement créé. Si par la suite une erreur java se produit, vous n’avez pas pris la bonne. Sur osX, lancez le terminal et logguez-vous en root sur le synology:

> ssh [email protected] du routeur,

donner le mot de passe administrateur. Vous devez être alors sur votre synology. On va vérifier la version de java et si c’est la bonne version. On tape :

> cd /volume1/minecraft (pour aller dans le dossier minecraft)

> ls (pour lister son contenu)

> ejre1.6.0_21/bin/java (on lance java, si une erreur se produit, il faut prendre la bonne version de java).

> ejre1.6.0_21/bin/java -version (pour connaître la version de java).

7- Installation d’ IPKG et de Screen, utilisation de screen.

On tape :

> cd /volume1

> wget ipkg.nslu2-linux.org/feeds/optware/syno-i686/cross/unstable/syno-i686-bootstrap_1.2-7_i686.xsh

> sh *bootstrap*.xsh (installe le fichier que vous venez de télécharger : IPKG)

> mkdir -p /volume1/etc/init.d (crée le fichier si celui n’existe pas)

> ipkg update (met à jour la base de donnée d’IPKG)

> rm -f *bootstrap*.xsh (on fait du ménage en effaçant le fichier téléchargé)

> ipkg install screen (installe Screen qui sera vital pour le bon fonctionnement du serveur)

Quelques explications concernant la commande screen. Pour lancer le serveur minecraft, nous passerons par le ssh. Lorsque que nous fermerons la fenêtre du terminal, les commandes lancées seront immédiatement arrêtés. C’est là que Screen rentre en action, il va nous permettre d’ouvrir des fenêtres qui resterons actives sur le serveur lors de la fermeture du terminal et de l’extinction de l’ordinateur qui aura lancé la commande.

Copiez les codes suivants :

> screen (cela va initialiser une Screen)

Appuyez sur la barre d’espace (la Screen s’ouvre)

Appuyez sur les touches CTRL > A + D (on va sortir de la Screen en la laissant active)

> screen -ls (affiche les Screen d’ouvertes : on peut utiliser -ls ou -list)

> screen (on recrée une screen)

Appuyez sur les touches CTRL > A + D (on va sortir de la Screen en la laissant active)

> screen -ls (on remarque que nos deux Screen sont présentes)

> screen -r 18783 (on va ouvrir la Screen qui a pour nom « 18783.pts-0.DiskStation » dans notre exemple, 18783 doit être remplacé par les chiffres de votre première Screen)

Si nous n’avions eu qu’une seule Screen d’active, la commande « screen -r » aurait suffit ; mais comme nous en avons plus, il nous faut cibler la Screen a ouvrir.

> exit (cela va nous permettre de supprimer la Screen)

> screen -ls (on vérifie que la Screen a bien été détruite)

> screen -r (on ouvre la Screen restante)

> exit (on la détruit ^^, maintenant vous savez un peu jongler à travers les Screen)

> screen -ls (on vérifie qu’il ne reste aucune Screen)

> screen -S MinecraftServer (on va créer une Screen en lui affectant le nom de « MinecraftServer »)

Appuyez sur les touches CTRL > A + D (on va sortir de la Screen en la laissant active)

> screen -ls (on vérifie que la screen existe et porte bien le nom de MinecraftServer)

> screen -r MinecraftServer (on appel la Screen par son nom pour l’ouvrir)

> cd /volume1/minecraft (on déplace le fichier courant, cela va être essentiel lors de la création du serveur pour qu’il se crée dans ce dossier)

> ls (on vérifie la présence du dossier « ejre1.6.0_21″ contenant java)

On laisse le terminal tel quel, on va sur la page de téléchargement de minecraft et on télécharger « minecraft_server.jar » qui se trouve tout en bas de la page dans la catégorie « Multiplayer beta server software ». On copie ce fichier dans le dossier minecraft en le dotant de toutes les autorisations pour tous les utilisateurs.

On reviens sur le terminal et on tape :

> ls (ejre1.6.0_21 et minecraft_server.jar doivent apparaitre. Si tel n’est pas le cas vérifiez que « /volume1/minecraft # » apparait avant vos commandes, si tel n’est pas le cas tapez « cd /volume1/minecraft ».)

On reviens sur l’onglet Version de Java, on regarde la colonne « note » correspondante au serveur que l’on possède et on regarde le nombre de RAM que l’on possède (126, 256, 512, 1Gb = 1024, 2Gb = 2048) que je noterais [RAMSYNO]. Pour mon Synology équipé de 3Go RAMSYNO vaut 3072.

> ejre1.6.0_21/bin/java -Xmx[RAMSYNO]m -jar minecraft_server.jar net.minecraft.server.MinecraftServer nogui

> ? (cela va vous montrer toutes les commandes possible)

> stop (on arrête le serveur)

> ls (on regarde les fichiers crées)

> rm -r world (on efface le dossier world)

>ls (on vérifie qu’il a bien été supprimé, il ne doit plus apparaître)

8- Pour éditer les paramètres du serveur,

On ouvre le fichier « server.properties »  avec un éditeur de texte comme textedit. Des paramètres sont intéressants :

* level-name=Kingdom Hearts (Je change world en « Kingdom Hearts » pour mon exemple)

* spawn-monsters=true (passez à false si vous ne voulez pas avoir de monstres)

online-mode=true (passez à false si vous voulez créer votre serveur en local)

* spawn-animals=true (passez à false si vous ne voulez plus voir les vaches, cochons, poules et autres animaux)

* max-players=20 (changez ce paramètre pour augmenter ou diminuer le nombre maximum de joueurs. PS : Plus vous disposez de RAM et d’un processeur puissant, plus vous pourrez mettre de joueurs)

* server-ip= (laissez vide)

On remplace le fichier ainsi modifié. On reviens sur le terminal et on utilise l’astuce sympa qui nous évitera de tout récrire. Utilisez la flèche du haut de votre clavier pour parcourir les dernières commandes tapées, lorsque vous trouvez celle pour lancer le serveur « ejre1.6.0_21/bin/java -Xmx[RAMSYNO]m -jar minecraft_server.jar net.minecraft.server.MinecraftServer nogui » appuyez sur la touche Entrée.

Et voilà, vous venez de créer votre serveur minecraft. Lancez le jeu, insérez l’adresse du serveur après avoir choisi l’option multijoueur:

Serveur minecraft de simsimc3000 et HéloiseC

Vous êtes fin prêts pour le jeu! Le dossier word renferme le monde que vous avez bâti, ne l’effacez pas en cours de jeu. Je vous conseille même d’en faire des sauvegardes.

Début du jeu

9- Erreurs possibles:

– Si une erreur type « Time out connect » apparait, c’est que souvent le fichier « minecraft_server.jar » doit être retéléchargé car les versions entre le jeu et le serveur sont différentes.

– Si une erreur « [WARNING] Can’t keep up! Did the system time change, or is the server overloaded? » apparaît c’est que votre serveur n’a pas assez de puissante, minecraft peut comme même fonctionner mais des lags se feront sentir. Les prochaines versions de minecraft moins gourmandes devraient prochainement régler le problème.

Bon jeu!

PS: pour les commandes, vous pouvez directement faire des copier-coller dans le terminal 😉

Publié dans Astuces, informatique, Internet | Marqué avec , , , , , | 35 commentaires

Il est arrivé

J’avais crée un comm, mais il se trouve que je ne suis pas encore totalement operant avec le Blog..:)

Bref pour la Tablette Samsung, que du bonheur, prise en main rapide, wifi et 3g+ activés, des applis de partout, un Gps integré, je l’aime deja….:)

Al

Publié dans informatique, Internet, Uncategorized | Un commentaire

Google analytics: je suis impressionné, pas vous?

Google analytics est un outil en version beta, mis à la disposition du grand public par Google et qui permet de suivre un ensemble de paramètres concernant un site web. Ce suivi se fait en collant avant la fin de la balise <head> de votre page d’index un script en code javascript.

Ce script est le suivant:

<script type= »text/javascript »>

var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-25688201-1’]);
_gaq.push([‘_trackPageview’]);

(function() {
var ga = document.createElement(‘script’); ga.type = ‘text/javascript’; ga.async = true;
ga.src = (‘https:’ == document.location.protocol ? ‘https://ssl’ : ‘http://www’) + ‘.google-analytics.com/ga.js’;
var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();

</script>

L’ensemble des statistiques est consultable ici. Pour autant, il vous faudra créer un compte google pour pouvoir utiliser leurs services. Mais grâce à ce javascript, vous aurez une vue générale des visites, des données géographiques, des données concernant le language des visiteurs, le navigateur utilisé, l’OS utilisé ou leur provider. Vous saurez également s’ils sont déjà venus ou si c’est une première visite.

Vue générale

Vous pouvez donc connaître le nombre de pages consultées par visite mais aussi le temps moyen que le visiteur passe sur votre site! Ahurissant! Vous vous rendez compte, dès lors, si votre site suscite des retours et génère des habitués…

Les statistiques portent également sur des données démographiques et offrent un classement par pays, régions ou villes. Une cartographie visualise ces données d’une manière fort élégante.

cartographie mondiale des visites

Ci-dessous, une cartographie pour les villes françaises mais on aurait pu visualiser les villes canadiennes par exemple.

cartographie par villes françaises

Mieux que cela, cet outil permet en outre de comprendre comment vos visiteurs appréhendent vos pages, où ils cliquent et à quelle fréquence ils cliquent. On conçoit aisément l’utilité: l’agencement de vos pages, l’interface utilisateur sont alors modifiables en fonction des habitudes de vos visiteurs.

Analyse de page par Google analytics

Les statistiques portent également:

– sur la publicité que génère votre site (adwords) et donc ce que potentiellement elle peut rapporter en fonction du trafic si, bien sur, vous mettez de la publicité sur vos pages.

– sur les différentes sources de trafic: trafic de recherche, site référent ou accès directs par exemple.

– une section sur la fréquentation par les usagers des appareils mobiles: téléphones, tablettes tactiles…

Au départ, j’ai utilisé google analytics par curiosité. J’ai finalement gardé l’outil pour l’apport indispensable des éléments qui permettent d’évaluer l’intérêt d’un site internet et donc, en ce qui me concerne, de s’auto-évaluer.
Vous avez la, évidemment, qu’une vision superficielle de google analytics, suffisante pour un site amateur. Sachez que ses possibilités sont bien plus riches et importantes.

Publié dans Astuces, informatique, Internet | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Juste du Parkour…

C’est beau d’avoir 20 ans, d’être aussi leste et aussi agile! Cela me rappelle le film Yamakasi…

Publié dans curiosité, Internet | Marqué avec , | 2 commentaires

Si vous ne voulez plus de démarchage téléphonique…

La solution existe et elle se nomme Pacitel. Il suffit de s’inscrire ici, sur le site de Pacitel.

démarchage téléphonique

Démarchage à domicile…

La liste prendra effet le 1er décembre 2011. La prise en compte de l’inscription demande de 1 à 3 mois. Vous pouvez signaler, sur le site Pacitel, un appel non désiré sans pour autant être inscrit sur leur liste.

Bonne journée à tous!

 

Publié dans Astuces | Marqué avec , , | Laisser un commentaire