Radio-activité en bretagne fin novembre 2012…

Pas de grande variation pour ce mois-ci:

Les mesures sont dans la normalité, rien à signaler: 1,46 milliSevert/an.

Vous pourrez voir ci dessous une webcam « live » de la centrale de Fukushima diffusée par TEPCO.

Par curiosité, vous avez la répartition du césium 137 dans l’hémisphère nord les mois suivant la catastrophe de Fukushima ainsi que la vue en direct sur le réacteur n°4…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on en a tous bouffé du césium 137! en autre. On s’attends désormais à une explosion des pathologies liées à la radioactivité dans la région de Fukushima. Cependant, le nombre de morts à venir restera, dans les prochaines décennies, inférieur aux 16 000 morts et 3300 disparus causés par le tsunami.

Ce sont malgré tout, des morts pour rien.

Publié dans curiosité, radioactivité, santé humaine | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Souvenir de Guyane…

La nostalgie camarade ! C’est en recevant mon décompte de points de retraite que le spectre de la Guyane a réapparu. Outre mon volontariat à l’aide technique de l’époque (plus de 20 ans tout de même), je fus également à la fois professeur de mathématique et vétérinaire inspecteur. Mais surtout, je garde le souvenir de la forêt et d’une amitié malheureusement disparue.

Celui qui a mangé du bouillon d’awara doit un jour ou l’autre revenir sur les terres de Guyane: nul doute que j’y retourne un jour.

La pêche, en Guyane, est tellement spectaculaire que vous seriez dégoutés de celle pratiquée en France métropolitaine. Les poissons sortis de l’eau ne font pas moins de 2 à 3 kilogrammes: en deçà, ils peuvent servir d’appât pour les plus gros ou sinon, ils sont rejetés à l’eau. J’ai vu, une fois, un mérou en travers du toit d’une Renault 4l et qui dépassait allègrement de 20 bons centimètres de chaque côté. Les Guyanais ne consomment que des poissons « à écailles » et rejettent les autres à la mer… Aussi, si vous êtes en de bons termes avec les pêcheurs, vous pouvez récolter de la lotte à foison!

Dudule-fifi-et-la-raie

Sur la photographie précédente, vous pouvez voir une raie de 21 kilogrammes après pesée, pêchée en pas moins de 45 minutes. En effet, ce poisson cartilagineux a la fâcheuse tendance à faire ventouse sur les fonds sableux. Notez l’aiguillon venimeux qui a été sectionné. La pêche, là-bas, se pratique obligatoirement avec des bas de lignes en acier!

La forêt équatoriale guyanaise abrite peu d’animaux dangereux. Les serpents venimeux ne vivent généralement que là où il y a de la lumière: dans les abattis par exemple. Le long de la côte et à certaines saisons peuvent voler des papillons urticants. Il ne faut pas, dès lors, étendre son linge dehors sous peine d’être rapatrié d’urgence en métropole, la peau en feu. Les crocodiles noir ne vivent que dans les marais de caux à l’est de la Guyane en bordure du brésil: mesurant 6 mètres de long, vous n’avez aucune chance et croupirez au fond de l’eau dans son garde manger. Des raies avec aiguillons venimeux peuvent remonter les fonds sableux des cours d’eau et les poissons électriques peuvent vous asséner un bonne « châtaigne » si vous ne faites pas attention où vous mettez les pieds dans les cours d’eau.

Les feuilles

Dans la forêt primaire, tout est démesuré: le plus grand danger est de s’y perdre! Un de mes amis s’est perdu au fond de son propre jardin. Lors de virées dans la forêt, mieux vaux faire des « cassés », c’est à dire casser des petits branchages dans le sens de la marche…

guyane bagne

Et souvent, la nature reprend ses droits comme ici, le petit coin surélevé du bagne… (les bagnards n’avaient vraiment pas de quoi cacher grand chose).

La chasse a lieu généralement la nuit, à la lampe frontale. N’étant pas chasseur moi-même, j’en accompagnais afin de pouvoir voir les animaux sauvages. Lors de mes sorties, j’ai pu observer: agoutis, pak, cabiai (le plus gros rongeur au monde), maïpouri (tapir), hocco, singes divers et en particulier singes hurleurs (celui qui vous glace le sang par ses cris si vous n’êtes pas avertis), fourmiliers, caïmans rouges, petite biche, paresseux mais aussi serpents, oiseaux, insectes et arthropodes de toutes sortes.

guyane hocco

La vie est rythmée par la chasse, la pêche. Il nous arrivait souvent de ramasser une douzaine d’huîtres de palétuvier dans la mangrove ou y pêcher des crabes en veux tu en voilà.

Mais la Guyane, c’est aussi une zone de tourisme plus ou moins mal connue. Chacun connais l’existence de la zone de lancement européenne pour la fusée Ariane. Les tirs entraînent d’ailleurs un grondement perceptible à Cayenne, située à 60 km du pas de tir, une vingtaine de minutes après le décollage et capable de faire vibrer et tomber de la vaisselle des placards (c’est du vécu!!!). Les îles du salut sont également connues de tous ainsi que le bagne de Cayenne et de Saint Laurent du Maroni.

guyane, îles du salut

Mais que dire encore? L’extrémité ouest de ce département Français abrite, sur le littoral, la zone de ponte principale et l’une des dernières à l’heure actuelle des tortues Luth. C’est un spectacle unique et à ne pas rater si vous êtes dans cette période. Les adultes arrivent à croiser les petites tortues à peine écloses au point de les écraser…

guyane, tortue luth

Le village Hmong et son marché ou alors le carnaval et ses touloulous en début d’année sont aussi des particularismes qui raviront les touristes cherchant à sortir des sentiers battus.

Nul doute que je serais resté là-bas si je n’avais pas été accompagné. J’espère avoir brossé succinctement mais con-ve-na-ble-ment ce beau département français. Toutes mes pensées sont pour Catherine et Robert que j’ai malheureusement perdu de vue.

Publié dans animaux, curiosité, photographie, plantes, vacances, Vétérinaire | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Broyeur de végétaux: une vision différente du jardinage.

Quand on possède un jardin d’une taille déjà conséquente et surtout bien planté se pose rituellement le problème, en automne des débris de végétaux. Tant qu’il s’agit des reliquats de désherbage, il n’y a pas de problème: tout va sur le tas de compost. Mais dès qu’il s’agit de la taille des arbres, les débris sont bien plus encombrants. Vous avez alors le choix:
– les allées et venues incessantes à la déchèterie,
– le tas de branchage qui ne fait que croître au point d’être l’endroit idéal pour abriter la vermine,
– le feux de joie qui va vous attirer les regards courroucés des voisins et la réprobation de Monsieur le maire,
– ou alors l’acquisition du broyeur de végétaux qui ne présente que des avantages

Le gros désavantage du broyeur de végétaux, c’est le bruit qu’il génère (jusqu’à 115 décibels). Pas question de l’utiliser le dimanche! Attention à prendre un modèle qui soit un tantinet performant car beaucoup de modèles se bloquent pour un oui ou pour un non. A moins d’avoir un parc, un modèle électrique suffit: un modèle haut de gamme monophasé est largement suffisant. J’arrive avec mon modèle à broyer des branchages de 5 centimètres de diamètre, ce qui est fort appréciable.

Les avantages du broyeur de végétaux sont de trois ordres:
– l’élimination des déchets végétaux est écologique,
– le volume de déchet est incroyablement amoindri,
– vous récupérez un broyat idéal de végétaux qui, une fois au pieds des arbres ou le long des murs, vous évitera la corvée du désherbage.

Il faut compter environ 600 euros pour l’acquisition d’un bon matériel: le mien est de marque Alko. L’affutage des lames se fait selon l’usage intensif ou non du broyeur. Pour un jardin de 2500 mètres carrés bien planté, je n’ai ni affûté ni remplacé les lames depuis 3 saisons d’usage intensif…

Publié dans Astuces, Bricolage, curiosité, plantes | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Disque virtuel; de la RAM pour travailler à la vitesse de la lumière…

Si vous avez comme moi un excès de RAM, voici une astuce qui va vous permettre de travailler à la vitesse de la lumière sur Photoshop par exemple. Il vous suffit pour cela, si vous êtes sur Mac OS X, de télécharger une petite application « makeramdisk » et via la touche « alt » appuyée au démarrage d’allouer la quantité de mémoire voulue pour le disque virtuel.

RAM disque

MakeRAMdisk

24 Go, cette quantité de mémoire qui paraissait surdimensionnée en ce qui me concerne, devient alors un atout lors d’un besoin accru de vitesse d’écriture-lecture disque.

Les compteurs s'affolent

Les compteurs s’affolent

Plus de 4000 MB/s, les compteurs s’affolent! c’est plus de dix fois les performances des meilleurs disques SSD et plus de 4 fois les performances d’un raid 0 de SSD… En choisissant dans photoshop le disque virtuel ainsi obtenu,  le temps de réalisation d’un quelconque filtre n’excède pas 3 secondes de calcul! Renommer des noms de fichiers avec l’application « a better finder rename » est instantané!

Evidemment, si il y a une panne de courant, vous perdrez les données du disque virtuel de la même façon si vous éjectez (effacez) ce même disque. Notez que l’éjection accidentelle du disque est impossible si un document qui s’y trouve est ouvert avec une application: une sécurité vous en avertira.

Bref, si comme moi vous avez de la RAM à revendre, n’hésitez pas un seul instant à utiliser cette astuce: vous ne le regretterez pas, quel confort d’utilisation!

Publié dans Astuces, Cuisine, informatique, photographie | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Mesure de la radio-activité en Bretagne fin octobre 2012…

Les derniers articles relatant les faits de Fukushima sont alarmants: la centrale fuirait toujours 17 mois après la catastrophe!!! Les poissons concentrent la radioactivité le long de la côte comme en témoigne cet article. Pendant ce temps là, en France on ne parle plus des risques liés au nucléaire…

1,31  milliSevert/an ce mois-ci. En effet, pas encore de quoi s’alarmer. Pourvu que cela dure.

 Je vous invite à lire l’article sur Fukushima sur le blog de Paul Jorion et à y laisser un commentaire… Edifiant!

Publié dans animaux, radioactivité, santé humaine | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Un SSD pour une remise à niveau à bas coût.

A notre époque où l’obsolescence programmée est rentrée dans les mœurs mais aussi la crise qui fait soi-disant des ravages, la décision d’investir dans un nouvel ordinateur est devenue difficile à prendre. Les machines à bas coût n’ont pas forcément une espérance de vie très élevée… Celles qui peuvent prétendre durer dans le temps sont devenues hors de prix! (1249 euros le premier prix pour un macbookPro écran 13′)

Le remplacement du disque dur d’origine, s’il est mécanique et si la machine en vaut la peine par un disque SSD (Solid-state drive) peut-être extrêmement judicieux. Le marché des SSD ne cesse de croître et leur prix ne cessent de chuter. Des disques d’une capacité de 256 Go coûte un peut moins de 200 euros.

Bien évidemment, outre les débits augmentés, la sensation de « boost » que procure un SSD est due à la différence des temps d’accès par rapport à un disque dur classique. De l’ordre de 0,1 ms sur un SSD, il est au mieux de 10ms sur les meilleurs disques durs à plateaux: un rapport de 1 à 100, il n’y a pas photo.

Sur un ordinateur portable, l’utilisation d’un SSD offre deux avantages supplémentaires non négligeables:

– un silence absolu de fonctionnement. Fini les disques qui grattent…
– une autonomie accrue des batteries car un SSD consomme un peu moins qu’un disque dur à plateaux (4,1 watt en charge, 1,25 au repos pour le vertex 4 256 Go de chez OCZ).
– une totale insensibilité aux choc (pas de partie mécanique dans le disque)

Pour ma part, j’ai choisi cette option sans regret sur mon macbookPro 15 pouces du début 2008 (2,4 GHz Intel Core 2 Duo, 6 Go 667 MHz DDR2 SDRAM), même si l’épée de Damoclès de la panne de la carte graphique (NVIDIA GeForce 8600M GT 256 Mo) plane sur mon modèle. J’ai installé, sur l’interface SATA II, un disque OCZ vertex 2 de 256 Go (240,06 Go une fois formaté) à 189,82 euros chez Carrefour. Voilà une machine de 4 ans d’âge repartie pour un tour… avec un temps de démarrage de l’ordre de 10 secondes et des applications qui s’ouvrent instantanément.

Publié dans Astuces, Bricolage, curiosité, informatique | Marqué avec , , , | Un commentaire

Des poêles en céramiques?

A l’heure des scandales agro-alimentaire, le téflon pointe son méchant petit nez…

Découvert à la fin des années 1930 par un scientifique de la firme DuPont de Nemours, Roy J.PLunkett (1910-1994), le téflon est le nom commercial du ploytetrafluroéthylène (PTFE), commercialisé dès 1946.

Le teflon devient visqueux à 327 celcius et se décompose en son monomère (CF4) à 400 celcius. réf. Merck index. En passant le CF4 est très toxique voire mortel, particulièrement pour les oiseaux de compagnie. Donc, plus la température de cuisson est élevée, le teflon ancien (2 ans) et nettoyage effectué avec des substances abrasives, plus le revêtement se décomposera rapidement, en émettant de fines particules et des gaz qui se mélangera à vos aliments. Des études indépendantes ont montré que des produits toxiques sont émis par le téflon dès 230°C. Lors des tests effectués par l’association indépendante Environmental Working Group, une poêle avec du téflon dépassait cette température après 2 à 5 minutes d’utilisation normale, atteignant jusqu’à 391°C en 3 minutes et 20 secondes. Des dégagements de neurotoxines ont été également observés.

Pas cool, non?

Heureusement, les poêles en céramique sont là…

Nettement moins nocives que leurs grandes soeurs en teflon, elles nécessitent cependant une attention particulière quant à leur utilisation et leur entretien, sous peine d’une dégradation accélérée. En un mot, elles sont bien plus fragiles; mal entretenues, elle finissent par attacher et sont alors bonnes à jeter.

Le revêtement céramique est composée d’eau et de silice. Le procédé utilisé pour appliquer le revêtement s’appelle le Sol-Gel (solution gélification), il permet d’obtenir des matériaux vitreux, à des températures proches de la température ambiante, c’est-à-dire sans fusion. Ensuite, l’application peut se réaliser par centrifugation ou par pulvérisation. Reste à savoir la nocivité des nanoparticules qui pourraient s’échapper de telle poêles selon certains.

Un bon entretien c’est:

– chauffer la poêle moins fort. La céramique met plus longtemps à chauffer; en mettant trop fort votre feu, elle ne chauffera pas plus vite mais finira par brûler vos aliments et par aussi s’abimer.

– pas de choc thermique!!! Ne pas passer votre ustensile de cuisson sous l’eau froide après la cuisson. Vous risqueriez de provoquer un craquelage de votre revêtement en céramique…

– Penser à huiler légèrement après nettoyage. Frotter avec un sopalin inbibé d’huile et essuyer avec un sopalin sec après.

 Malgré cela, ces poêles ne sont pas éternelles parait-il: 5-6 ans d’utilisation normale tout au plus. Mais c’est le prix d’une cuisine d’une totale inocuité. Une autre alternative serait les poêles en inox 18/10 qu’il faut culotter… mais c’est une autre histoire.

Publié dans Astuces, Cuisine, curiosité, santé humaine | Marqué avec , , , , | 3 commentaires