L’ère des robots ménager (2ème partie)

Il n’y a pas que des robots aspirateurs, figurez vous qu’il existe aussi des robots tondeuses! Le jour où j’ai appris cela, j’ai été soulagé du joug de l’esclavage. L’entretien du jardin et particulièrement la tonte était une véritable corvée. Avec mon emploi du temps et habitant une région ou il pleut un petit peu partout et partout un petit peu, certains après midi de repos pluvieux je regardais désespérément, sans pouvoir intervenir, l’herbe pousser. L’après midi suivant, si il était « sec » et si j’étais disponible (beaucoup de si), je passais une après midi sur ma tondeuse auto-portée munie d’un bac d’éjection certes, mais avec une machine calant tous les dix mètres à cause de l’herbe trop haute et trop humide et qui plus est entrainant le bourrage de l’éjection. Une vrai galère.

Depuis çà:

Je regarde désormais la pluie avec le sourire.

Cet appareil, c’est, de la même façon que le robot aspirateur, la mort annoncée des tondeuses thermiques. Pourquoi, me direz-vous? Pour plusieurs raisons, dont les suivantes:

– c’est silencieux et la tonte peut avoir lieu le dimanche et pourquoi pas la nuit

– c’est plus économique en énergie qu’une tondeuse thermique et encore plus économique si l’on investit dans une tondeuse mixte courant secteur – énergie solaire.

– la tonte peut se dérouler même part temps de pluie

– les petites fleurs (marguerites and co) sont préservées sur un tapis d’herbe toujours tondu ras comme si il venait d’être tondu

– la pelouse s’embellit de saison en saison car la tonte est se déroule selon le principe du « mulching ». Il n’y a donc pas de ramassage de l’herbe. Il y a donc une fertilisation naturelle de l’herbe et un meilleur maintien de l’humidité dans le sol

– pratiquement pas d’entretien. Remplacement des minuscules mais efficaces lames de tonte, remisage l’hiver avec un bon nettoyage, remplacement à prévoir de la batterie tous les trois ans.

– une fois la programmation des temps de tonte, on ne s’occupe plus de rien durant la saison, la tondeuse vient se recharger automatiquement, si nécessaire, sur sa base d’où un gain de temps de 3 heures par semaine l’été.

– la tonte est possible même sur sur un terrain pas parfaitement plat (chez moi c’est une ancienne pâture).

Pelouse tondue ras

L’inconvénient d’un tel appareil:

– le prix encore cher, environ 3000 euros

– l’implantation d’un fil délimitant la zone de tonte dont il faut, au départ, préserver l’intégrité mais qui s’enterre au fil du temps. Cette implantation peut être fastidieuse si l’on a beaucoup de parterres fleuris: compter une après midi de travail.

– même si la sirène qui se déclenche en cas de soulèvement pour vol est dissuasive, il est recommandé de l’assurer.

– il faut ramasser les débris végétaux et particulièrement les pommes (une partie de mon terrain est un ancien verger) sous peine de compote locale

– il n’y a plus l’odeur, si agréable, de l’herbe venant d’être tondue…

Pour conclure, mes 2500m2 sont pour moi un espace que je ne regarde plus de la même façon. Avant, je regrettais d’avoir aussi grand et enviais les propriétaires de petits jardins. Faites le compte du temps gagné en fin d’année et la galère quand votre tondeuse auto-portée tombe en panne et vous en viendrez à ce concept. En ce qui me concerne, le jour ou je dois m’en passer, je déménage pour plus petit!

Quelques liens:

– le site du constructeur Huskvarna

– le site robot shop

Ce contenu a été publié dans Astuces, Bricolage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to L’ère des robots ménager (2ème partie)

  1. Al arthur dit :

    Et tout cela sans oublier cette drôle d’impression de voir passer et repasser cette « Ferrari » de la pelouse.
    Merci pour la soirée et le repas Fifi et bonne journée
    Al

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.