De la subtilité de la langue française et du quiproquo…

Récemment, en suivant en suivant un camion de marchands de bestiaux, je me suis dit que la langue française était propice à de multiples quiproquos. Normalement, l’inscription au derrière des camions devrait être la suivante:


Mais on peut voir sur certains ceci:



En toute logique, on élève des animaux dans les camions et moi, vétérinaire de campagne, je ne serais pas averti?

Les quiproquos existent partout, en voici un florilège:

Raymond Devos était le roi des quiproquos:

Moralité, tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler et vérifier si ses portugaises ne sont ensablées…

Ce contenu a été publié dans animaux, curiosité, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.